Annick Garreau est originaire de la région parisienne, mais cela fait déjà 12 ans qu’elle s’est installée au domaine de Botségalo, à la tête du Centre Équestre de Beaulieu. Rencontre avec une femme hyperactive qui vit sa vie au galop !

D’acheteuse à éleveuse

Véritable femme d’affaires et de négociations, Annick passe sa « première vie » à travailler dans un bureau d’achats à Paris. Passionnée par le cheval, elle décide un peu avant la retraite de s’installer en Bretagne. Non pas qu’elle n’était pas épanouie dans son travail, bien au contraire, mais l’idée de « vivre sa vie » une fois que ses enfants seraient autonomes, lui trottait dans la tête depuis longtemps. Elle cherche une maison dans le Morbihan, elle découvre le Domaine de Botségalo et tombe amoureuse de la maison. Elle atterri donc à Grand-Champ en 2005, mais pas seule : en compagnie d’un étalon lusitanien, mâle reproducteur et de la ponette de sa fille. C’est ainsi qu’elle commence la procréation et l’élevage de poneys de sport, sous les conseils avisés de Monsieur Tamarin, grand éleveur de Brec’h.

annick-garreau-nazareno-centre-equestre-beaulieu-botsegalo

Une quarantaine de chevaux et 65 licenciés

Aujourd’hui ce ne sont pas moins de quarante chevaux qui galopent sur les 9 hectares de paddocks ou de champs alentours. 65 personnes possèdent leur licence au Centre Équestre, que ce soit pour pur plaisir ou pour concours. D’ailleurs, c’est un travail de longue haleine que de trouver la cavalière qui correspond au bon poney. Mais le travail fait ses preuves puisque 4 jeunes cavalières se sont récemment très bien classées, lors des championnats de France d’équitation, à Lamotte-Beuvron. Annick Garreau en organise également, elle participe à la mise en place du concours d’obstacles des Cavaliers du Loc’h, qui aura lieu le 24 septembre prochain. En compagnie de sa monitrice diplômée, Béatrice D’Horrer, elle essaie de développer le derby-cross, qui consiste à enchaîner un parcours d’obstacles en terrain varié. Bref, pas le temps de s’ennuyer, même si elle essaie de modérer ses activités et de lever un peu le pied.

anais-ecuries-centre-equestre-beaulieu-botsegalo-grand-champ

« Aucun regret »

Quand on lui demande si elle regrette d’avoir quitté la région parisienne pour Grand-Champ, elle répond que si elle « devait le refaire, elle le referait ». Son installation à la campagne s’est très bien passée. Elle a troqué rouge à lèvre et talons contre chemise et bottes et une demie heure après son arrivée, le voisin lui demandait déjà si elle avait besoin d’aide : chose qui était « inenvisageable à Paris ». Ce changement radical s’est déroulé « au bon moment de sa vie », et puis « rien n’est irréversible » comme disait son banquier, alors elle aurait pu à tout moment changer d’avis. Cette passion du cheval lui a permis de rencontrer des « gens merveilleux » et ainsi de voyager en Espagne, au Portugal, en Mongolie, en Argentine, en Colombie…

Sachez aussi que parfois c’est elle qui accueille puisqu’elle fait aussi chambres d’hôtes. Alors grégamiste ou pas, n’hésitez pas à vous mettre au vert !

annick-garreau-rosso-cheval-grand-champ-gregam-beaulieu-la-meule

© Mairie de Grand-Champ / Poupi Le Nuage