Pharmacien de formation, Frédérique Dameron décide, suite à un licenciement économique, de se reconvertir dans la production de safran. Devenir agricultrice, surtout par les temps qui courent, n’est pas chose simple. En plein cœur de son champ de fleurs, elle nous parle de son métier…

Une reconversion réfléchie

Après une thèse en biochimie, des fonctions à l’Association Française contre les Myopathies, puis en pharmacie d’officine, son licenciement économique l’amène à mieux cerner ses besoins de créativité, d’indépendance de pensée et d’action et surtout de disponibilité pour ses trois enfants. Depuis longtemps bercée par la culture celte (Eric, son mari ayant des origines bretonnes et la famille passant toutes leurs vacances dans le Cap Sizun) et lassée par le tourbillon incessant de la vie en région parisienne, la famille est naturellement attirée par la Bretagne comme terre d’accueil. En 2011, peu de temps après la naissance de leur troisième enfant, le couple décide de tout lâcher et de s’installer à Grand-Champ.

Des formations à la Chambre d’Agriculture complétées par un stage chez une productrice dans la Creuse, Frédérique installe dès juillet 2011, ses premiers bulbes de Crocus Sativus, dont sont issues les fleurs de safran. Soucieuse de l’environnement et « consciente qu’il doit être préservé pour les générations futures », Frédérique se lance immédiatement dans une production certifiée en Agriculture Biologique. Sa passion pour le végétal, la nature et le travail de la terre sont ainsi enfin assouvies.

crocus-sativus-safran-du-morbihan-la-meule-grand-champ

La fleur de Safran est appelée le Crocus Sativus

Un long processus de transformation

La production de safran n’est pas un travail simple, tout se fait à la main : plantation des bulbes, cueillette, émondage (=couper uniquement le pistil rouge de la fleur)… Seul le travail de la terre peut se faire mécaniquement. La cueillette de 1 500 fleurs demande environ 1h30 et deux à trois fois plus de temps pour l’émondage, puis le séchage pour obtenir finalement 10g de safran sec. Le séchage du pistil rouge va permettre d’y déclencher des réactions chimiques qui vont conduire, après un mois de maturation, au safran. C’est cette dernière étape qui fait la qualité de cette épice, encore appelée “or rouge”.

emondage-crocus-sativus-safran-du-morbihan-crocus-sativus-grand-champ-la-meule

De nouveaux objectifs de production et de diversification

La production de safran est un travail de patience et de longue haleine qui ne lui permet pas encore de se rémunérer. Frédérique Dameron ne compte pas s’arrêter là et l’acquisition d’une terre agricole récente va lui permettre d’étendre sa surface de production. En parallèle du safran, elle réalise également des confiseries et produits safranés et va bientôt produire des petits fruits pour satisfaire tous les gourmets. On lui souhaite plein de courage pour cette aventure ! Retrouvez-la d’ailleurs au Marché de Noël de Grand-Champ le 10 décembre 2016 ! 😉

Retrouvez Frédérique Dameron sur son site Web et sa page Facebook !

© Mairie de Grand-ChampPoupi Le Nuage