Stéphane Briel a 47 ans. Il y a quelques années, en 2013, il décide de se lancer un défi fou avec un ami, celui de relier Chambéry à Astana, au Kazakhstan, à vélo. Mais pas n’importe quel vélo, un vélo solaire. Partons à la rencontre d’un sportif aguerri qui a soif d’aventures !

Casser sa routine pour partir à l’aventure

Stéphane est chauffeur de bus à temps partiel, depuis 24 ans. Il y a quelques années, en 2009, le passage à la quarantaine se fait sentir et l’envie de réaliser ses propres projets aussi. Il décide alors de se lancer dans une activité supplémentaire et de « bosser pour lui » en travaillant sur les Marchés de Noël. C’est ainsi que tous les hivers, il vend des produits d’import : bijoux du Brésil, jeux en bois ukrainiens… qu’il va chercher lui-même dans les pays concernés. Ce changement dans la vie de Stéphane était nécessaire car cela lui permet de voyager où il en a envie comme il le faisait à 20 ans. « J’ai eu la chance de commencer à voyager très jeune, tout seul, j’ai pu profiter et effectuer pas mal de longs voyages entre 20 et 30 ans, vélo, trek… ».

Voyager pour le travail d’accord, mais Stéphane commence à se demander comment il pourrait « revenir à ce qu’il a fait étant plus jeune »… L’envie de repartir est de plus en plus forte. Heureusement, il entend parler d’un type qui a construit son vélo solaire et qui a réalisé un voyage de la France au Japon. Il s’appelle Florian Bailly et en 2012 il décide de lancer le tout premier « Sun Trip ». Le fonctionnement d’un vélo solaire est d’abord celui d’un vélo électrique. Le moteur, dans la roue ou le pédalier, est alimenté par des batteries, qui sont chargées par l’énergie solaire. Stéphane trouve le concept intéressant et contacte alors François. Le départ se fait en juin 2013. Il a donc un an pour se préparer : « construire son propre engin, trouver les financements, faire son propre itinéraire et créer son blog ». Pour cela, Stéphane est accompagné d’un de ses super potes Stéphane Scotto, qui fera aussi partie de l’aventure.

velo-solaire-stephane-briel-la-meule-grand-champ

The Sun Trip, un voyage écologique et humain

C’est parti pour relier Astana, la capitale du Kazakhstan, depuis la France, le tout dans plus la grande liberté. L’aventure se fait sans assistance, les participants sont libres de choisir leur itinéraire, les pays qu’ils traversent, ainsi que les lieux où ils dormiront, tant qu’ils arrivent à destination ! L’objectif est écologique et technologique mais également humain. Tous les participants sont des « ambassadeurs du solaire et de l’écomobilité en prouvant l’efficacité et la dimension humaniste » de tels engins. Sur 30 participants, Stéphane et Stéphane terminent 5ème, avec en prime le Prix des Meilleurs Blogueurs de l’aventure. Et surtout, Stéphane se prend de passion pour cette façon de voyager qui permet un « travail de gestion dans lequel il faut trouver un compromis entre l’économie et l’effort physique ».

En 2015, il traverse la France en vélo solaire, en  2017, il part de Grand-Champ avec son ami Ifik direction Kiev, en Ukraine, en 21 jours. Son ami, qui justement habite en Ukraine, ne peut pas fabriquer son engin sur place car rien ne le permet. Il leur faudra plusieurs mois pour trouver des solutions pour finalement partir en juin 2017 dernier et réussir l’aventure. Son ambition pour 2018 ? Il voulait justement participer au 4ème Sun Trip mais a abandonné l’idée pour faire son propre périple d’une cinquantaine de jours en autonomie à 100%. Son idée est cette fois de ne pas être dépendant et de ne pas avoir de contrainte de temps. Il va donc partir en direction des pays baltes, toujours avec son ami Ifik, qu’il rejoindra en chemin en Ukraine, avec une destination finale en Russie : Saint-Pétersbourg.

stephane-briel-sun-trip-la-meule-grand-champ

La passion de l’aventure sportive et humaine

Stéphane parle avec passion. Il est convaincu des « bienfaits du voyage solaire » qui lui permettent à la fois de se rendre « ambassadeur des énergies », de réaliser une performance physique et de rencontrer des gens de tous horizons. Le vélo solaire est comme un prétexte à la rencontre. Avec du recul, Stéphane est heureux d’avoir pris ce virage à 180° car « la vie passe trop vite, il faut oser et lâcher un peu sa routine. Il faut savoir vivre avec passion ». Une chose est sûre, Stéphane n’a pas envie de gaspiller son temps et il sait aussi allier sa vie d’aventures à sa vie familiale : pour le prochain voyage, sa femme est ses 2 filles le rejoindront à l’arrivée, comme cette année pour l’Ukraine. Puis, ils en profiteront pour passer des vacances familiales dans la « Russie profonde », un peu sur les traces de Sylvain Tesson.

stephane-briel-la-meule-velo-solaire-grand-champ

Toujours plus de défis

Et ce n’est pas tout, Stéphane suit de près le projet Solar Impulse, le projet d’avion solaire qui a pour objectif de pouvoir voler de jour comme de nuit sans carburant, ni émission polluante lors du vol. Il voudrait pouvoir reproduire ce système avec son vélo et expérimenter une session de 24h à pédaler, en roulant de nuit, pour voir ce que cela peut donner avec les panneaux solaires. Il est sans cesse à la recherche d’une nouvelle performance, c’est ce qui l’anime. Et puis, il peut compter sur la communauté des utilisateurs d’engins solaires, qui est beaucoup plus développée qu’on ne peut le penser, pour des conseils. En tous cas, les aventures de Stéphane Briel ont aussi la vocation de communiquer sur les alternatives environnementales et l’écomobilité. Vous pouvez donc suivre ses aventures déraillées sur sa page Facebook HEOLTRIP !

batterie-velo-solaire-stephane-briel-la-meule-grand-champ

© Mairie de Grand-Champ / Poupi Le Nuage